une-parcours

en quelques dates

1981  Rencontre entre Claude Brumachon et Benjamin Lamarche
1984  Création de la compagnie Rixes
1988  Texane au Concours de Bagnolet
1989  Création de Folie
1992  Fondent le Centre Chorégraphiques National de Nantes
2005  Création du Festin
2016  Chorégraphes associés aux Centres Culturels de Limoges

Parcours

CLAUDE BRUMACHON - BENJAMIN LAMARCHE

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche Une vie à danser

Après une formation aux cours du soir des Beaux-Arts de Rouen, Claude Brumachon découvre la danse. Il trouve son premier grand engagement aux Ballets de la Cité de Rouen en 1978 où il reste pendant deux ans, puis travaille avec plusieurs chorégraphes. En 1980, il commence ses recherches avec Benjamin Lamarche qui deviendra son interprète privilégié et complice de toutes ses créations. Dès cette époque, il compose ses premières pièces chorégraphiques, “Niverolles Duo du Col” (1982), “Il y a engoulevents sur la branche d’à côté” (1983). Il participe au concours de Bagnolet avec “Atterrissages de corneilles sur l’autoroute du sud“ qui remporte trois prix.

La compagnie “Les Rixes” est fondée officiellement en 1984. En quatre ans, le chorégraphe crée dix pièces dont deux majeures en 1988 : “Texane” (également primée au concours de Bagnolet) et “Le Piédestal des Vierges” qui imposent leur style à une gestuelle reconnaissable. Elle enchaîne rapidement des séquences de mouvements tranchés, acérés, découpant le corps et l’espace. La réputation du chorégraphe s’installe. En 1989 émerge “Folie”, de nouveau un très grand succès. Sa danse est d’une étonnante virtuosité, poussant à son apogée les prouesses techniques de chaque danseur pour mieux exprimer une émotion, un état. Scènes de désirs ou de souffrance, de violence et de sensualité, ses pièces sont des récits de l’indicible, des miroirs de mondes intérieurs déchaînés, poussés jusqu’au bout de leur loi.

Chaque jour, sans cesse à l‘écoute des différences, à chaque moment alertes et vigilants, Claude Brumachon et Benjamin Lamarche, se font chercheurs de mouvements poétiques et énergiques. Ils créent une danse tour à tour énergique et tourmentée, lyrique et passionnée, élevée et romantique puis terrestre et lourde de sens.

Des errances de Molière, ils font avec Histoire d’Argan le visionnaire” (2007) un spectacle lumineux et facétieux en hommage à l’artiste. De la société de consommation, ils font un “Festin” (2004) charnel et sensuel où la proximité éclate au visage du spectateur. Avec “Phobos” (2007), ils s’aventurent dans les peurs irrationnelles et universelles.

En janvier 2012, ils créent “Ashbury St”, chorégraphie pour 14 danseurs, inspirée du mouvement hippie et qui rend compte de l’état de corps dans lequel l’être est face aux injustices. La même année, ils continuent leur travail de création, “La Traversée”, avec un groupe d’adolescents en situation de handicap du collège de La Durantière de Nantes. Un travail soutenu depuis 2009 par l’APAJH 44 (Association Pour Adultes et Jeunes Handicapés de Loire-Atlantique) lors de la création “Les Explorateurs de Temps”.

En septembre 2012, ils créent au festival “Le Temps d’Aimer la Danse” de Biarritz, “d’Indicibles Violences”, pièce volcanique et tribale mettant en scène huit danseurs dans l’instant, états de corps Nature.

Claude Brumachon et Benjamin Lamarche créent à partir du corps pour le corps avec le corps. Leurs danses sont autant d’histoires de groupes qui se partagent l’espace de vie, que de solitude face au monde. Une recherche autour d’un geste irrationnel qu’ils appellent le geste juste, nécessaire et non gratuit. Un geste chargé d’une histoire indicible qui devient l’instant-même et dans un constat, parfois amer, offre une vision de l’homme dans sa complexité. Pionniers, chercheurs, guides, ambassadeurs, Claude Brumachon et Benjamin Lamarche sont animés par une volonté et un désir d’être — avec les danseurs — passeurs d’une danse, pour éveiller la curiosité de tous et susciter un questionnement à l’égard de l’art vivant. Ensemble, ils développent de nombreuses collaborations avec des compagnies de par le monde, comme au Nigeria (pour Les Larmes des Dieux), au Chili avec la compagnie Compañía Movimiento (pour Los Ruegos), à Prague (pour Le Témoin), à Buenos Aires (pour La Consecuencia) et au Chili (pour Destellos Volcanicos).

En juin 2014, ils créent au musée Zadkine à Paris, « Les Exilés », fusion du corps vivant et de la matière où les 8 danseurs invitent le public à tourner autour des œuvres, à les détailler, à en extraire la poésie.

2016 : Avec la sortie du CCN de Nantes, une nouvelle structuration en compagnie indépendante, un partenariat avec les Centres culturels municipaux de Limoges et leur univers en tête, Claude Brumachon et Benjamin Lamarche, soutenus par l’association Sous La Peau, continuent leur cheminement. Sous la peau. Titre poétique qui suggère le frisson, le nerf, le muscles, le sang qui coule, ce qui nous habite, ce qui nous hante, ce qui nous remplit, émotionnel ou vivant. Sous la peau le corps danse.

Leur première création Mutant montre ce changement profond qui s’opère, plein d’un passé inoubliable et porteur d’un futur fragile et chorégraphique. Avec le Ballet de Genève, ils créent un Carmina Burana accompagné des chœurs et de l’orchestre sous la baguette du chef Kazuki Yamada et habillé par On Aura Tout Vu.

A l’écoute de nos différences, Claude Brumachon emmènent avec lui neuf jeunes en situation de handicap pour La Croisée des routes à la Chapelle sur Erdre, juin 2016.

Missionné au Japon la même année il y crée une performance avec quatre patients atteints du syndrome de Down. Performance qui revient à Nantes en 2017 au cours du colloque Art-Soins et Citoyenneté.

Claude et Benjamin retournent au Chili pour la création de de la Tierra al viento, une œuvre hommage à Victor Jara avec la compagnie Espiral. En France (et notamment en Limousin) ils initient de nombreux projets, dans les collèges et les écoles, en territoire rural, ou encore avec l’Apajh pour des jeunes en difficultés.

2017 : Ils s’installent en janvier dans la région Limousin nouvellement Nouvelle-Aquitaine. Pendant que l’emblématique Folie continue sa lancée dans le corps des danseurs de tout horizon (Limoges, MPAA à Paris et Madagascar). Avec le Jeune Ballet Européens ils créent L’Impact pour 10 futurs danseurs et transmettent Les Indomptés aux jeunes de l’académie Princesse Grace-Monaco, à ceux de l’AID-Paris, au groupe Grenade-Aix et à deux interprètes du Ballet de Bordeaux. À Paris ils travaillent avec les étudiants du CRR et du pôle supérieur lors de passation d’extraits de leur répertoire.

En novembre, ils créent La forêt traversée à la Ferme de Villefavard, un trio jeune public co- produit par les JM France, ainsi que Further-l’Ailleurs en janvier 2018 pour le festival Danse Émoi à Limoges.

 

Claude Brumachon, une vie de chorégraphe