info heading

info content

Création le 5 mai 2020 à la Mégisserie – Saint Junien
Durée : 1 heure

Participants

Chorégraphie Claude Brumachon
interprétée par Teresa Alcaino, Claude Brumachon, Benjamin Lamarche, Anna Maria Venegas

Bellisima vida con tristeza y felicidad

 

 

4 interprètes – quatre corps-mémoire. Deux femmes, deux hommes.

Les corps racontent et les corps rapportent ce que l’histoire de leur(s) danse(s) a gravé dans les muscles, sous la peau, dans les yeux, dans les membres et dans l’esprit qui rêve sans relâche de notre humanité. Les corps racontent beaucoup d’histoires de danse. Ils en ont arpenté des scènes, des centaines de fois, des centaines de planches, des grandes et des petites, celles qui trônent au centre des villes et celles qui se perchent dans des espaces inconnus. Ils connaissent la poussière qui vole à la lumière des projecteurs. Ils connaissent la respiration retenue des publics curieux et les mains qui battent. Ils connaissent aussi d’ailleurs les sièges qui claquent et les mauvais papiers comme les éloges élogieuses.
Ils racontent !

Un individu sur un plateau vide. Son passé-présent inscrit sur son corps dit quelque chose de  son immobilité. Il prend l’espace. Á danser il se souvient.
Un gros fauteuil en cuir usé qu’un autre nettoie de manière obsessionnelle.  Ces souvenirs qu’il gratte et qui le titillent.

Le troisième individu pourra déblatérer des mots aux sens équivoques, surréalistes, la vanité du temps passé et réalité du temps présent. Est-elle un clown ? La quatrième protagoniste complètera le tableau et, réunis sur les planches, ils dévoileront les secrets physiques accumulés sous leur peau.

Leurs vécus partagés, donnés, inventés, se mélangent.

Ils sont sur la scène Beckettiens, kafkaïens, ubuesques, curieux. Et par là même ils créent des tableaux insolites, surréalistes. Des arrêts sur image, des retours sur eux-mêmes, des flashs, des désirs. Ils sont famille, la famille des danseurs, ils portent la transmission, ils sont les passeurs, voyageurs qui jamais ne s’arrêtent.
« J’aimerais que les quatre interprètes sortent de leur valise personnelle des histoires insolites. Nous travaillerons en improvisation, collectivement, inventant nos costumes, nous chercherons les sonorités d’une musique appartenant à nos vécus extravagants. Des musiques de jeunesse, d’adolescents, celles que l’on aime et qui restent éternellement gravées dans notre cerveau. Des musiques entendues lors des grand moments de notre vie. Des musiques d’amour des musiques de tristesse. De la détresse à l’euphorie, de l’adversité à la facilité, du bonheur à la tristesse comment se conjugue une vie !

La logique de cette pièce naitra du croisement des quatre individus, il faut lâcher prise pour exprimer ce vivant. Rien n’est original, tout a été vu et pourtant tout est nouveau à chaque regard. Découvrir un espace voisin, porteur des richesses d’un passé commun.

Représentation(s)

Bellisima vida con tristeza y felicidad

> Toutes les dates

Le 5 mai 2020 à la Mégisserie, Saint Junien à 20h30