info heading

info content

Création le 2 septembre 2018
au Teatro nacional – San Jose, Costa Rica
Durée : 45 min

Participants

Création Claude Brumachon
Assistant Benjamin Lamarche
Musique Chistophe Zurfluh
Lumière Denis Rion
documentaire Mathilde Bedrune

distribution Carlos Elizondo, Cristopher Reyes, David Jiménez, Dennis Castillo, Fiorella Cubero, Iván Alvarez, James Bonilla, Jhorman Jiménez, María Laura Gutiérrez

l’Exode – el Exodo

Teatro nacional - Costa Rica

 J’ai le souvenir très présent, enfant, quand mes parents me racontaient leur exode pendant la guerre en 40. Ils parlaient de ce départ sur les routes encombrés d’objets, de bric et de broc ; marchant avec leur famille respective, groupes de huit, dix personnes propulsées hors de chez elles, vagabonds projetés sur les chemins improbables de la débâcle. Je les imagine marchant, serrés, malheureux et solidaires. C’est pourquoi lorsqu’on m’a proposé un projet autour de la migration, le thème de l’exode a pris un sens particulier. Le déplacement des peuples est un sujet universel de tout temps en tout pays.

En pensant à la chorégraphie, je cherche, j’imagine, je devine le déclic du départ. Ce comment-pourquoi on décide soudain de partir. Apeuré par une situation, apeuré par les injustices, l’angoisse au ventre on lâche les amarres, on abandonne tout derrière soi, on s’en va devant. Existe-t-il seulement un but véritable autre que trouver la paix ? Je vois, mes parents et leur famille sur le départ, puis au hasard des voies chercher des abris de fortune pour dormir. Des lieux pour rêver ou des endroits de repos. Ma mère m’a souvent conté ces moments où les avions les ont pris en chasse, bombardiers contre colonne de migrants, marcheurs harassés. Ils courent, ils fuient.

Il est possible — et je le dis entre guillemets puisque les interprètes influencent l’œuvre et qu’avant de structurer une chorégraphie il faut attendre cette rencontre décisive avec les interprètes — il est possible donc que la chorégraphie qui naîtra de cette rencontre suive le cheminement d’un voyage, avec son début dans le doute et l‘incompréhension, l’errance et le retour chez soi. Je vois un groupe de huit à dix danseurs, aux physicalités différentes, des caractères bien déterminés. Physiquement très engagés dans l’histoire. Je les vois habillés simplement sur une scène sans décor, seul le corps pour raconter l’errance. Des éclats d’humanité, des moments de tension. L’interprète allant de l’un à l’autre. La pièce pourrait durer 45 minutes sans que les danseurs et les danseuses ne quittent jamais ce plateau vide. (Ce qui devrait faciliter par la suite l’éventuelle diffusion régionale de l’œuvre.)
Claude Brumachon

Une chorégraphie pour dix danseurs rencontrés au Costa Rica au cours d’une audition.
Un évènement qui fait partie du festival de danse Graciela Moreno.

avec le concours de L’Institut français-Région Nouvelle-Aquitaine, de l’Alliance française au Costa Rica, du teatro nacional de Costa Rica et de la Cie Sous la peau.

logoifplusnl  logo sous la peau-                          logoafsanjoseCapture d’écran 2018-08-24 à 19.56.38

Représentation(s)

l’Exode – el Exodo

> Toutes les dates

le 2 septembre 2018 au Teatro Nacional de Costa Rica, San Jose- 18h