info heading

info content

Création les 10 novembre 20 à l’Opéra de Limoges
Durée : 1h30

Participants

Mise en scène-Chorégraphie Claude Brumachon/Benjamin Lamarche
Compositeur Lionel Ginoux, commande de l’Opéra de Limoges
Réalisation lumières
Ludovic Pannetier
Supervision musicale Robert Tuohy
Cheffe de chant Elisabeth Brusselle
Danseurs Steven Chotard, Cristian Hewitt, Martin Mauriès
Comédiens
Adrien Ledoux, en cours
Chanteurs-chanteuses Nicolas Cavallier,  Jérôme Boutillier, Camille Schnoor,  Julien Dran, Thibault de Damas, Cécile Galois,  Ambroisine Bré
Costumes réalisés par les ateliers de l’Opéra de Limoges sur une conception de Claude Brumachon
Musiciens violons : Albi Binjaku,  Jelena Jeskin / alto : Estelle Gourinchas / violoncelle : Julien Lazignac / Piano : Elisabeth Brusselle

Faust nocturne

Sur un texte d'Olivier Py

Création d’après le texte éponyme d’Olivier Py (ed. Actes Sud).

 Un Faust nocturne sang, cuir et matière brute. Il me semble que le parti-pris est radical. Le rapport Faust-Grand Malheur est tout de provocation, d’agression et de tendresse mêlées, une sensualité à fleur de peau. Ariel devient l’instrument libérateur de ce couple qui se déchire et s’aime autour d’un succès passé-présent. Cela fait miroir déformant à ce que l’on vit en tant qu’artiste dans le système actuel qui piédestalise et démolit les émergences. Ce jeu de la consommation dont Faust est tributaire, ce piège de l’éternelle jeunesse avec lesquels les instances politiques nous harcèlent me donnent des fulgurances visuelles tout en violence charnelle. Faust et Grand Malheur m’apparaissent comme deux personnages décadents qui se maintiennent dans l’actualité, noyés sous les richesses et la puissance de leur intellect. Ils sont le pendant du jeune homme, roumain émigré qui ne possède rien et qui par la force de son innocence et de son insouciance qui le rend libre, déstabilise ces deux grands connaisseurs.

Ce Faust nocturne sera traversé par la chair, le rose fuchsia le latex, le bruit des corps, la déchéance, l’impasse de l’existence et son absurdité, des danses de peaux palpitantes, de désir d’ailleurs. Chercher les libertés sans les contraintes. 

16 juin 2020
Claude Brumachon

Musique de Lionel Ginoux, commande de l’Opéra de Limoges, supervision musicale : Robert Tuohy

Mise en scène, scénographie, costumes, lumières : Claude Brumachon et Benjamin Lamarche / Cie Sous la peau

Vidéo

 

Représentation(s)

Faust nocturne

> Toutes les dates

Les 10, 11 et 12 novembre 2020 à l’Opéra de Limoges à 20h30

 

Production de l’Opéra de Limoges Scène conventionnée d’intérêt national – art et création pour l’art lyrique, en coproduction avec la Compagnie Sous la peau.