info heading

info content

création le 11 septembre 2012 au festival le Temps d'aimer la danse - Biarritz  

Participants

Chorégraphie Claude Brumachon Interprètes Grégory Alliot, Steven Chotard, Manuel Frappat, Julien Grosvalet, Cristian Hewitt, Benjamin Lamarche, Martin Mauriès, Victor Vasquez Musique Christophe Zurfluh Lumière Olivier Tessier Régie générale Jean-Jacques Brumachon Production CCN de Nantes.

D’Indicibles Violences

2012 - Pièce pour 8 danseurs

d’Indicibles Violences où huit danseurs nous transportent à la recherche d’un certain état de corps et d’extase. Sur une création musicale de Christophe Zurfluh l’engagement corporel et physique, dans cet état de nature renvoie à notre humanité. d’Indicibles Violences “touche à l’intime”, “on est avant le désir”. Elle suggère de la part de ses interprètes une mise en tension de leur être profond, une mise en image de soi-même, une nudité du geste. Être !

Un thème cher à Claude Brumachon qui expérimente le corps dans ses retranchements afin d’y (re)trouver “le geste primitif, un certain élan inéffable”. Les interprètes se confrontent à “ce que l’homme a d’égaré, de perdu dans les profondeurs de l’âme et de la chair”. “Comment l’homme peut être avant une société ?” La danse est alors brute et crue. Les hommes dansent et manifestent leurs rapports à une nature humaine perdue. Chaque mouvement exprime quelque chose d’indicible, un langage, celui du corps, celui des élans qui cherchent notre animalité première. Avec d’Indicibles Violences, Claude Brumachon fait resurgir ce qui bouillonne en chacun de nous et dévoile une vérité de notre condition. Il nous rappelle que nous sommes des “êtres en vie, à cet instant-là, présents, aimants, désirants et désirés”.

Cette pièce créée pour huit danseurs hommes est  reprise en 2016 par six hommes et deux femmes.

Représentation(s)

D’Indicibles Violences

>